Le rêve dans l'oeuvre de Jung

A propos de rêve dans l'oeuvre de Jung: "l'homme à la découverte de son âme"


"Le rêve est une porte étroite, dissimulée dans ce que l'âme a de plus obscur et de plus intime; elle s'ouvre sur cette nuit originelle cosmique qui préformait l'âme bien avant l'existence de la conscience du moi et qui la perpétuera bien au delà de ce qu'une conscience individuelle aura jamais atteint. Car  toute conscience du moi est éparse; elle distingue des faits isolés en procédant par séparation, extraction et différencation; seul est perçu ce qui peut entrer en rapport avec le moi. La conscience du moi, même quand elle effleure les nébuleuses les plus lointaines, n'est faite que d'enclaves bien délimitées. Toute conscience spécifie. Par le rêve, en revanche, nous pénétrons dans l'être humain plus profond, plus général, plus vrai, plus durable, qui plonge encore dans le clair-obscur de la nuit originelle où il était un tout et où le Tout était en lui, au sein de la nature indifférenciée et impersonnalisée. C'est de ces profondeurs, où l'universel s'unifie, que jaillit le rêve, revêtirait-il même les apparences les plus puériles, les plus grotesques, les plus immorales. Il est d'une ingénuité fleurie et d'une véracité qui font rougir de honte nos flagorneries autobiographiques. Rien d'étonnant donc à ce que, dans toutes les cultures antiques, on ait discerné dans le rêve impressionnant, dans le "grand rêve" un message des Dieux.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site